Rechercher :

Immersion

Traitement de surface par immersion ou bain mort

Le traitement au bain mort se fait par immersions successives dans différents bains. Typiquement on trouve les bains suivants:

- Dégraissage

- Rinçage

- Décapage

- Rinçage

- Traitement de passivation ou conversion

- Rinçage (pas toujours)

Choix de l'installation :

Il s'agit là certainement du point essentiel.  Ce choix peut être fait en fonction du coût de l’investissement ou imposé par des considérations techniques.

Les principaux paramètres militant en faveur du procédé par immersion sont les suivants :

 

.   Faible -production

 Petites pièces ou production intermittente : correspondant généralement à une surface horaire < 200-300 m2

 

.   Pièces de grandes dimensions

-   qui conduisent à des investissements trop lourds par une installation par  immersion

-   qui entraînent des impossibilités techniques par aspersion

 

 Pièces de formes complexes ou corps creux:

     avec des zones difficilement accessibles par des jets

 

.   Gammes de traitement avec décapage acide

 Celui-ci entraîne des aménagements coûteux (nature des matériaux antiacides) qui sont minimisés dans le cas de l'immersion

 

 Gamme ne fonctionnant que par immersion

 Par exemple phosphatation au manganèse

 

 

 

  

Définition des gammes

Celle-ci doit être normalement la première étape d'un projet d’installation quel qu’il        soit et conduit à l'élaboration d'une gamme type en fonction du matériau de base à traiter et du résultat recherché (Cahier des Charges).
Pour chaque étape ou fonction d'une gamme de traitements surfaces, les différentes caractéristiques suivantes vont être passées en revue.

A savoir :

- Nature, forme et volume des cuves

            Levolume des cuves est évidemment fonction :

- du gabarit des pièces, des balancelles ou des tonneaux

- de la place occupée par l’élément chauffant

- de la fréquence de vidange souhaitée

 -   Action mécanique

Elle est vivement recommandée afin d'améliorer le pouvoir détergent et elle peut être obtenue de différentes manières

-    Chauffage ou refroidissement

-    Aspiration

-    Maintenance :

                 Entretien (mécanique - chimique)

            Renouvellement


Réduction de consommation d'eau de rinçage  (http://www.cnidep.com/eau_rincage129.html)


Le choix des procédés à mettre en place est lié à la nature et au volume de la production, aux contraintes de rejets et au coût de l'eau. L'étude doit être individualisée et adaptée à chaque entreprise pour déterminer le temps de retour sur investissement (économies d'eau et de produits).
Lorsqu'une pièce et son support sortent d'une solution aqueuse (bain), ils sont mouillés, c'est à dire recouverts d'un film liquide. Même après égouttage, il subsiste un certain volume de liquide sur la pièce et dans ses rétentions. Ce volume est appelé entraînement.

Rinçage statique ou mort:
Le rinçage statique est un pré-rinçage qui sert à retenir une partie de la pollution en provenance du bain de traitement. Il n'est pas alimenté en continu par de l'eau fraîche mais périodiquement renouvelé. Le rinçage statique permet de diminuer la quantité d'eau de rinçage. Par exemple, un rinçage statique vidangé lorsqu'il atteint 20% de la concentration du bain de travail permet de diviser la quantité d'eau de rinçage par 5, soit 80% d'économies d'eau.

Rinçages en cascade:
Le seul fait de passer à deux bacs en cascade au lieu d'un seul réduit la quantité d'eau utilisée de 90% à 99% pour des rapports de dilution variant de 100 à 25000.
Le rinçage en cascade permet en plus de respecter les normes de débit de rinçage (8 l/m2). Le nombre de bains est fonction de l'entraînement et du rapport de dilution souhaité (qualité du rinçage).
A noter que pour une même qualité de rinçage, l'augmentation du nombre de bains en cascade fait  diminuer la quantité d'eau mais pas la charge de pollution émise.

   









172c3997-e69e-43ed-b6b5-dc95b1b27445 4189cc19-ec65-4b64-92cb-f262e1c8e9f2 00000000-0000-0000-0000-000000000000